20/03/2006

le syndrome gilles de la Tourette

BEAUTÉ | SANTÉ ET BIEN-ÊTRE | SHOPPERS OPTIMUM | LIFE BRAND | CENTRE PHOTO | NOUVEAUX PRODUITS ET PROMOTIONS
PAGE PRINCIPALE
SERVICES PHARMACEUTIQUES
RENOUFACILE
INFO-MÉDICAMENTS
AFFECTIONS MÉDICALES
CENTRES DE SANTÉ
ACTUALITÉS

 

 
 Affections médicales


Information sur les maladies



Inscrire le nom de la maladie



Effectuer une recherche selon la première lettre
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ


Syndrome de Gilles de la Tourette

Description

Cette maladie, qui porte le nom du neurologiste français qui l'a décrite pour la première fois, est un trouble nerveux héréditaire caractérisé par des tics, qui sont des mouvements répétitifs brefs et non rythmiques que la personne ne peut contrôler. Selon la rigueur avec laquelle elle est définie, le syndrome de Gilles de la Tourette (SGT) touche entre 1 personne sur 3 000 à 1 sur 200. Tous les groupes ethniques sont concernés, mais les garçons sont trois fois plus touchés par cette maladie que les filles.

Les cas graves de SGT peuvent provoquer des comportements que de nombreuses personnes trouvent bizarres, agressifs ou alarmants. De nombreuses personnes qui ont entendu parler de cette maladie l'associent avec des jurons incontrôlés formulés à voix haute. C'est un des symptômes probables de SGT, mais c'est l'un des plus rares. La plupart des sujets atteints du SGT souffrent de tics moins graves.

Causes

Le syndrome de Gilles de la Tourette est principalement une maladie génétique héréditaire. Nous héritons tous d'un ensemble de gènes provenant de chaque parent. De nombreux gènes hérités ne se manifestent que lorsque les deux ensembles renferment le gène de cette maladie. Les gènes dominants, comme ceux du syndrome de Gilles de la Tourette, ne nécessitent qu'un exemplaire; si l'un des parents porte le gène qui provoque la maladie, l'enfant a 50 % de chances de la développer. Cependant, l'enfant ne développera pas obligatoirement la maladie parce que d'autres facteurs génétiques et environnementaux jouent aussi un rôle important. Les garçons dont un parent souffre du syndrome de Tourette seront fort probablement atteints, mais ce n'est souvent pas le cas des filles. Toutefois, les filles pourraient vraisemblablement souffrir de trouble obsessivo-compulsif. Le(s) gène(s) responsable(s) de ce syndrome est encore inconnue.

Les troubles obsessionnels compulsifs et le trouble hyperactivité avec déficit de l'attention (TDAH) sont très courants chez les sujets atteints du syndrome de Gilles de la Tourette et peuvent provoquer de plus grands troubles que la maladie elle-même. Le TDAH se caractérise par une incapacité d'attention et un comportement impulsif, tandis que le trouble obsessionnel compulsif entraîne la réalisation répétitive de la même tâche. Chez les adultes, cela implique des habitudes telles que vérifier continuellement que la porte est verrouillée ou que le four est éteint, ou se laver les mains sans arrêt. Chez l'enfant, un comportement typiquement obsessionnel et compulsif est de toucher une chose avec une main et d'éprouver le besoin de la toucher avec l'autre « pour être à égalité ».

Symptômes et Complications

La majorité des sujets atteints du syndrome de Gilles de la Tourette souffrent d'un simple tic moteur. Le plus courant des tics est le clignotement permanent de l'œil. On dénombre également :

  • les grimaces
  • le haussement d'épaules
  • les mouvements saccadés de la tête
  • le crachement
  • le tapotement des jambes
  • une façon bizarre de marcher

Les tics moteurs complexes font appel à plus de muscles et à des mouvements plus compliqués. Aux yeux du profane, ils peuvent ne pas apparaître comme des tics du tout :

  • se frotter le nez
  • une certaine agitation
  • sentir les objets
  • toucher les autres
  • copier les gestes des autres (échopraxie)
  • très rarement, certains comportements auto-destructeurs comme se cogner la tête ou se mordre la lèvre

Tous les sujets affectés par le syndrome de Gilles de la Tourette ne développent pas de tics vocaux, mais ils sont assez courants. On peut citer :

  • le raclement de gorge
  • le jappement
  • l'aboiement
  • la répétition des paroles des autres (écholalie)
  • les jurons et les expressions grossières (coprolalie)

La coprolalie est le symptôme habituellement associé au syndrome de Gilles de la Tourette, mais seulement une minorité des sujets atteints de cette maladie présentent ce symptôme. La plupart des sujets en sont conscients et essaient de se contrôler en remplaçant le mot au moment où il sort par quelque chose de neutre, comme « zut ».

Évidemment, la coprolalie et l'écholalie, en particulier, peuvent créer de sérieux problèmes à l'école, autant avec les professeurs qu'avec les autres enfants. La plupart des enfants souffrant du syndrome de Gilles de la Tourette fréquentent l'école normalement, mais cela peut se révéler difficile si les symptômes sont extrêmes ou si les professeurs ne les supportent pas ou ne les comprennent pas.

De fait, la plupart des personnes atteintes arrivent à contrôler leur symptôme pendant quelques minutes, mais ils le comparent au fait de retenir un éternuement. Il doit finalement se manifester et à le retarder trop longtemps, il finira par se manifester de manière plus spectaculaire.

Les sujets atteints du syndrome de Gilles de la Tourette remarquent souvent que leurs symptômes empirent lorsqu'ils sont nerveux et diminuent lorsqu'ils sont détendus ou très concentrés.

Les symptômes du syndrome de Tourette apparaissent généralement avant l'âge de 18 ans. S'ils se manifestent plus tard, son diagnostic est compromis. Les symptômes empirent souvent au moment de la puberté et déclinent avec l'âge.

Diagnostic

Le syndrome de Gilles de la Tourette se diagnostique par ses symptômes. Les médecins peuvent procéder à une imagerie par résonance magnétique (IRM) et à d'autres tests, mais ils serviront à éliminer les autres problèmes neurologiques plutôt qu'à rechercher le syndrome de SGT.

Traitement et Prévention

Comme il s'agit d'un héritage génétique, il n'existe pas de prévention pour le syndrome de Gilles de la Tourette. On ne devrait jamais forcer un enfant atteint de cette maladie à cesser de manifester ses symptômes, car cela revient à punir un enfant pour quelque chosre qu'il ne peut contrôler.

La plupart des sujets souffrant du syndrome de Gilles de la Tourette n'ont pas besoin de traitement. Un tic léger n'est pas un problème médical et, en tout cas, il finira par disparaître avec le temps.

Cependant, si les symptômes de la maladie rendent votre enfant malheureux ou perturbent sa vie scolaire ou sociale, il existe des médicaments qui peuvent l'aider :

  • L'halopéridol* est le principal médicament utilisé contre le syndrome de Gilles de la Tourette et il est très efficace pour contrôler les tics. Ses effets secondaires sont caractérisés par une lenteur des mouvements, la fatigue et occasionnellement une surproduction de salive, une rigidité musculaire et des tremblements. D'autres médicaments peuvent être prescrits pour contrer ces effets.
  • Le pimozide est un médicament similaire, utilisé chez les enfants qui ne supportent pas l'halopéridol.
  • La clonidine aide parfois à contrôler les tics et a moins d'effets secondaires que les médicaments précités.
  • La thioridazine aide à contrôler l'anxiété et peut réduire légèrement les tics.
  • La clomipramine traite les comportements obsessivo-compulsifs.
  • Les inhibiteurs spécifiques du recaptage de la sérotonine, comme la fluoxétine, la sertraline, la fluvoxamine et la paroxétine aident à réduire les compulsions et la dépression.
  • La rispéridone peut aider à traiter les comportements obsessifs.

De nombreux enfants atteints du syndrome de Gilles de la Tourette présentent également de l'hyperactivité avec déficit de l'attention. Malheureusement, les médicaments prescrits contre cette maladie peuvent accentuer les tics. En fait, le syndrome de Gilles de la Tourette est souvent diagnostiqué après que ces médicaments ont mis en évidence un tic déjà existant. Toutefois, des études récentes ont démontré que des médicaments peut traiter avec succès l'hyperactivité avec déficit de l'attention chez les enfants atteints de la maladie de Tourette. Si votre enfant souffre des deux troubles, vous devez consulter votre médecin afin de déterminer quels symptômes font le plus obstacle à une vie normale et heureuse et choisir les traitements en conséquence.


*Tous les médicaments portent un nom générique et un nom de marque. Le nom de marque est choisi par le fabricant (p. ex. : TylenolMD). Le nom générique est le terme médical par lequel on désigne le médicament (p. ex. : acétaminophène). Un médicament peut porter plusieurs noms de marque, mais un seul nom générique. Dans cet article, les médicaments sont désignés par leur nom générique. Pour obtenir de l'information sur les noms de marque, adressez-vous à votre médecin ou à votre pharmacien.


 

13:37 Écrit par CELINE DURAND alais FANIDOLE | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

tu as bien du courage avec ta puce... ...mais quand c'est nos enfants...on aime forcément ! Dommage que tu n'habites pas en Suisse, mais ça fait rien on pourra être amie quand même si tu es OK. Voilà l'adresse en question : Mme Ekle Arod, route d'Hermance 275, 1247 Anières (Genève)-Suisse, tél. 004122.751.20.36, association Stelior. Cette dame est super, je la connais bien, même si maintenant je ne vais plus trop la voir...il faut dire que je suis hyper documentée là-dessus, vu le nombre d'années que mon fils est atteint. On a aussi découvert que le tout grand, 28 ans maintenant, était atteint, mais il était déjà majeur et quand on lui en a parlé, il n'a rien voulu faire...mais il souffre de cette situation, peine à se concentrer et à apprendre....mais vu qu'il est adulte, c'est à lui d'assumer s'il ne veut pas nous écouter....En plus, nous soupçonnons que mon mari l'est aussi, car son comportement et ses difficultés sont assez significatives de l'hyperactivité et du déficit d'attention. Mais il a quand même réussi dans la vie, puisqu'il est devenu instituteur. Il enseigne au village et il a notre petit dernier, 10 ans, dans sa classe et là, c'est une autre pathologie....la surdouance ! Eh bien, je peux te dire que ce n'est pas mieux...car les enfants surdoués croient qu'ils savent tout et refusent d'apprendre....pas une sinécure tout ça. Mais bon....en relativisant....on s'en sort quand même. Je ne sais pas si tout ce que je te raconte t'intéresse, mais je suis très contente d'avoir trouvé une maman rencontrant une problématique proche de la mienne et il est toujours intéressant d'échanger. J'ai déjà rencontré quantité de mamans ayant des enfants atteints du Thada et je maîtrise maintenant assez bien la situation, mais c'est la première fois que je rencontre quelqu'un devant faire face à ce problème sur Internet. Je te souhaite beaucoup de courage avec ta fille qui regroupe plusieurs pathologies.Ca ne doit pas être évident. Bisous et à bientôt j'espère.

Écrit par : mounite | 20/03/2006

Bonjour Fanidole, Ca faisait un moment que je délaissais un peu internet, me revoilà pour te souhaiter une excellente journée, à toi et ta famille. Moi qui ne connaissais pas vraiment le syndrôme, me voilà bien renseigné, merci.

Écrit par : Artatum | 21/03/2006

ma belle je passe te faire en gros bisous...

Écrit par : stephanie | 21/03/2006

Les commentaires sont fermés.